Le commencement de la terreur, par la photographe Aurélia Frey

abre_maeght_apnee-2

La beauté est le commencement de la terreur.

Face au beau travail de la photographe Aurelia Frey tel que présenté dans le livre Apnée (nonpareilles, 2015) surgit cette phrase de Rilke notée il y a bien longtemps dans un carnet.

La voilà qui se déploie soudain, s’enroule comme un lierre à l’intérieur des pages, gagne peu à peu notre dos, notre nuque, nos yeux.

Mais cette terreur n’est pas une épouvante, c’est une chance, une possibilité de dessaisissement, un basculement dans l’inconnu.

aurelia-frey-apnee_exact1024x768_p

On peut regarder la série photographique d’Aurelia Frey comme ces personnes qui, faisant une expérience de mort imminente (Near Death Experience), voient défiler en quelques secondes les images de leur vie.

Tout commence par un éblouissement, qui est une chute ascensionnelle dans la lumière.

S’ouvre alors une forêt obscure où l’on ne s’étonnerait pas de découvrir le corbeau d’Edgar Poe guidant telle la Béatrice de Dante un promeneur aventureux, élu, peut-être nous.

frey_aurelia_variations_01

Souffle retenu, ou coupé, nous pénétrons dans un tableau vert sombre où chaque objet se signale par une sorte de surprésence de tonalité fantastique.

Il y a du préraphaélisme, mais à peine, des fantômes, mais à peine, des formes qui sont des stèles sur notre chemin. Une chaise, de la poussière, un carrelage, un soulier de plâtre, des nuées.

apnee011

Nous butons, nous tombons. Là-bas, très loin, la belle dame blonde murmure : A mon seul désir.

frey_aurelia_variations_06

La lune s’est levée.

Petite anthologie des apparitions, Apnée dispose avec grâce sur ses pages quelquefois bleu gris un ensemble de signes ainsi que des mystères indéchiffrables.

Ce sont des traces, des flux, des poudroiements, des passages. Des strates de temps.

frey_aurelia_variations_03

Aurélia est là, vêtue de nuit.

L’aurore viendra peut-être.

21rnwtljlgl-_sx295_bo1204203200_

Aurélia Frey, Apnée, texte Emmelene Landon, mise en page Anne-Lise Broyer, éditions nonpareilles, 2015, 64p

Découvrir les éditions nonpareilles

103564616_o

Rendre visite à Aurélia Frey

img_33931

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s