Vérité des ruines, ruines de la vérité, par Muriel Pic

ar

Ouvre l’œil, ne chante pas. (Hans Magnus Enzensberger)

Ainsi s’ouvre le livre de Muriel Pic, Elégies documentaires, que les éditions Macula publient actuellement, dans une nouvelle collection dirigée par Jean-Christophe Bailly, « Opus incertum », ouverte au vertige de la multiplication technique des images, à la fiction, et à la prolifération des hypothèses interprétatives.

Ouvrir l’œil et chanter de concert relèvent aussi d’un très beau projet d’exploration/exposition de la mémoire.

Docteur de l’EHESS, et professeur de littérature française à l’université de Berne, spécialiste de W. G. Sebald et traductrice de Walter Benjamin, Muriel Pic interroge librement, selon le fil de l’analogie, ce que les archives disent d’un avenir promis, mais déçu, dans les traces mystérieuses qu’elles dessinent sur les parois de notre psyché, la chercheuse ne considérant pas, contre les intimidations de la doxa, que le registre de la solennité pathétique qu’elle déploie souvent serait forcément de l’ordre d’un défaut de scientificité.

Epopée des ruines en trois chants évoquant chacun un rêve ayant viré au mal ou à l’échec, Elégies documentaires est un élevage de poussières, une promenade dans le passé dont la tonalité est celle du deuil, et la méthode analytique celle du montage comme articulation et production de paroles, « qui conduit de l’utopie totalitaire – le centre de vacances nazi de l’île de Rügen – à l’utopie manquée d’un rêve mellifère en Palestine, puis à l’utopie anéantie d’une organisation spatiale entée sur les étoiles chez les Indiens de la Plaine. »

warburgvoyage

A la façon d’Aby Warburg sensible aux images fantômes, Muriel Pic s’émeut de la permanence des signes, reçus avec mélancolie, tels des indices révélant les promesses non tenues du passé.

Le poème vient ici dire, comme on écrit une légende douloureuse, la folie d’un camp de vacances pensé par les nazis pour vingt mille corps sportifs et bien nourris (projet Prora / station balnéaire de Rügen), proposant aux lecteurs de prendre le temps d’errer dans un rêve hitlérien, entre carte postale géographique, photographies anonymes et cascades de vers conçus comme des capsules d’informations et d’intuitions.

Le style indirect libre (le travail rend libre) ponctue parfois les propos descriptifs ou critiques (C’est quoi travailler ? / C’est quoi se reposer ?), donnant l’impression d’entendre une voix – épouvantable – surgie des limbes.

Le voyage en Palestine (reproduction d’un carnet inédit de vocabulaire allemand/hébreu de Kafka) envisagé comme un retour à la terre promise porte le rêve d’une civilisation d’abeilles pollinisatrices.

Apparaît maintenant l’image d’un homme « tourné vers les astres / les bras levés au ciel de l’Arizona », un Indien photographié par Edward Sheriff Curtis en 1909, lisant l’avenir « dans la poussière des étoiles », associant son campement de plaine aux formes du firmament.

L’ethnologue enquête, le touriste ravage, et le criminologiste (l’universitaire ?) soupçonne le moindre tremblement de signe.

L’Europe se prépare à la guerre, l’Indien se prosterne, Franz Kafka sort de la synagogue.

Muriel Pic associe, assemble, monte les documents comme on remue les cendres pour y déchiffrer l’énigme d’une présence, d’un événement ou d’un destin.

archives-septembre-010

Dans Mal d’archive (Galilée, 1995), livre reprenant une conférence prononcée le 5 juin 1994 à Londres lors d’un colloque psychanalytique international intitulé Memory : The Question of Archives, le philosophe Jacques Derrida a rappelé la double nature du mot Arkhe, à la fois commencement et commandement.

Muriel Pic le sait bien, ayant compris qu’on n’hérite vraiment que dans la réinvention du legs.

On ne construit que des ruines.

On ne chante que la destruction, la chute des étoiles, et la folie des atomes.

pic_hd-1475585777-mini

Muriel Pic, Elégies documentaires, éditions Macula, 90p

Site des éditions Macula

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s