Les chemins de l’inquiétude, par le dessinateur Louis Soutter

soutter-il-est-sanglant

Louis Soutter est né près de Lausanne (Suisse) en 1871.

A seize ans, le voici observant à la dérobée le corps des jeunes filles à qui sa mère donne des leçons de piano.

A l’école, on remarque qu’il reste souvent à l’écart de ses camarades.Eugène

Très bon violoniste, il sera bientôt, au conservatoire de Bruxelles, le « chouchou d’Eugène Ysaÿe ».

En 1898, il est aux Etats-Unis, marié à la belle Madge.

Directeur du département d’art et de design au Colorado College, à Colorado Springs, il dessine beaucoup.

520x520_43603a0798c0a7cc75c5d635a20e73b60f6278cd

1900 : le succès commence, mais Louis Soutter se sent mal. Les époux ne tardent pas à divorcer, il retourne en Europe.

1903, c’est la débâcle d’un homme revenu au pays de Morges.

Quand il peint sa mère et sa sœur, il a probablement en tête les œuvres de James Ensor et Gustav Klimt.

masks

Son cousin s’appelle Le Corbusier.

Passage d’une année à la clinique de Sonnenfels à Spiez (1908).

Il intègre l’orchestre du Théâtre de Genève, comme premier violon d’abord. Neuf ans de loyaux services, mais l’émotion est trop forte : il a des absences. Des extases ?

csm_00000526_soutter_hd_brut_jcd_1__01_e0f2de328a

Louis entend cette phrase, tirée de L’Histoire du soldat, qui l’arrête : « On n’a pas le droit de tout avoir : c’est défendu. Un bonheur est tout le bonheur ; deux, c’est comme s’ils n’existaient plus. »

Il rencontre Zora, jeune serbe « à l’odeur de gentiane », 1922. Lui apprend le violon, ils jouent.

Deuxième partie du livre (Louis Soutter, probablement, de Michel Layaz) :  de 1923 à sa mort, le pensionnaire surnommé L’Anglais produit des milliers de dessins dans l’hospice pour vieillards de Ballaigues (Jura Suisse).

Devant la cruelle Mademoiselle Tobler, la directrice au « sexe sec », Louis se cuirasse.

a001192634-001

Des femmes nues par centaines. Des scènes terribles. Des fleurs. Un pornographe à l’asile !

Un titre : Les pièges à douleurs. Un titre : Crépuscule du gangster.

C’est le règne des Vierges de Ballaigues.

Louis dessine dans les marges du livre de Charles de Coster, La légende d’Ugenspieler, qu’achète l’écrivain de Manosque Jean Giono.

Jean Dubuffet le célèbre bientôt à son tour.

1726137_6_76d4_glace-d-argent-miroir-d-ebene-1938_4f22aae66867e7bb1034b1d73355229d

Voici Louis Soutter, entre entraves et liberté d’errance, tel un personnage de Robert Walser.

L’épilogue est une analepse (1923) : « Qu’importe de savoir si Louis, pour ce premier dessin, avait tracé un arbre, des fruits, une voûte d’église, des personnages, le Christ en croix, une ville imaginaire ou une simple décoration, il venait non seulement d’initier ce qui lui permettrait de ne pas sombrer, de justifier sa perpétuelle inadaptation, de conjurer l’inexistence, les hontes et les péchés mais surtout il venait de commencer l’exploration d’un monde qui le libérerait, lui d’abord, d’autres aussi, tous ceux qui prendraient la peine de voir son œuvre, c’est-à-dire d’accepter que soient détruites les certitudes rassurantes et que soient parcourus les chemins de l’inquiétude. »

12493661750

Cet homme est un mystère, que ne cherche pas à résoudre Michel Layaz, écrivain psychopompe. Grâce lui soit rendue.

Jean-Jacques Rousseau : « Je n’ai jamais cru que la liberté de l’homme consistât à faire ce qu’il veut, mais bien à ne jamais faire ce qu’il ne veut pas. »

thumb-large_layazsoutter_140x210_102

Michel Layaz, Louis Soutter, probablement, éditions Zoé, 2016, 239p

thumb-large_couverture_larmes_layaz

thumb-small_layaz_140x210_102

41xy99e55bl      510sbnyoo3l-_sx303_bo1204203200_

thumb-large_layaz_pipil_300_8cm

Découvrir le site des éditions Zoé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s