Le cul sous toutes les couleurs, par Anne-Sophie Tschiegg

assez-flirte-baisser-culotte-anne-sophie-tschiegg-1

Les fêtes arrivent, mais si vous craignez que le champagne ne vous monte pas suffisamment à la tête pour enflammer votre désir, essayez Assez flirté, baisser culotte ! de la diablesse Anne-Sophie Tschiegg (Chic Médias éditions).

« fléchir / frémir / faiblir / faillir / trembler / chanceler »

Composé de dessins magnifiquement pornographiques, ce livre indispensable pour qui aime le sexe et la littérature (Colette Renard, Joseph Delteil, Stéphane Mallarmé, Jules Supervielle), est un appel à l’ouverture de tous les sens.

zut_web_anne-sophietschiegg_desseins_langueauchat

Les phallus sont dressés comme il se doit, rouges de sang, accueillis par des vulves, des anus, des bouches ou des langues ne demandant qu’à être comblés.

L’amour physique est jeux d’enfant, comme une poésie de ritournelle, innocente et vicieuse.

« rosir / roser / oser / rosser // trousser / mousser / retrousser / éclabousser »

assez-flirte-baisser-culotte-anne-sophie-tschiegg-2

La femme est l’instrument de l’homme, l’homme est l’instrument de la femme, sans que l’on sache, dans la ronde des désirs entremêlés, qui a fait le premier geste.

Seul, à deux, ou plusieurs, le sexe se déploie en une farandole de figures colorées, de trous à lécher ou pénétrer, de tétons à étirer et sucer.

La femme est l’avenir de l’homme, l’homme est l’avenir de la femme, quand la tendresse devient feu de jouissance.

zut_web_anne-sophietschiegg_desseins

« Nous fûmes sages et passionnés. / Je suçais ses yeux, je flairais ses aisselles, au poil fin et ammoniacal. / Elle me pinçait la peau, me chatouillait les mamelles… / C’était adorable et esquintant. »

Le sexe chez Anne-Sophie Tschiegg est un art du partage, dessiné crûment – frottement du doigt sur un iPad, comme chez David Hockney – mais avec la plus grande délicatesse.

A chaque génération, à chaque instant, l’origine du monde est à réinventer, comme l’art saphique, la masturbation, ou la copulation.

Journal des désirs d’une Anna Karina moderne, peu sage, et très déterminée, Assez flirté, baisser culotte ! est un kaléidoscope de pâmoisons terriblement excitantes.

assez-flirte-baisser-culotte-anne-sophie-tschiegg-2

Abaissez vos bas-de-chausses, retirez vos rubans, dégrafez votre soutien-gorge, et abandonnez-vous aux mains expertes qui ne cherchent pas mais trouvent la possibilité de vous ouvrir à ce qui, vous rassemblant, vous néantise.

« et alors  / entrent en moi // tes mots / ta langue / ton regard / tes doigts / ta queue / toi »

Rien de neuf sous le soleil, où tout est pourtant nouveau lorsque l’on s’aime sans frein.

Prends-moi, prends-toi, prenez-vous, et surtout laissez-nous regarder avant de nous proposer de participer à vos agapes.

C’est de l’onanisme, c’est une danse indienne, c’est une extase à trois.

« embué / humecté / rincé / mouillé / âpre / embrasé / suffocant / consumé / fiévreux / ardent / vif / vu-pris / nu-oui »

Et ne surtout pas dire fontaine, je ne boirai pas de ton eau.

750 exemplaires, ce n’est rien pour une telle débauche, dépêchez-vous !

Trop tard déjà ?

assez-flirte-baisser-culotte-anne-sophie-tschiegg

Anne-Sophie Tschiegg, Assez flirté, baisser culotte ! Chic Médias édtions, 2016

Découvrir Zut magazine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s