The love poems of Marichiko, l’amour en Extrême-Orient par Kenneth Rexroth

ga09-shungasoie-ori-l-g

« Je ne peux oublier / Le crépuscule parfumé sous le / Dais de ma chevelure noire, / Lorsqu’on se réveillait pour faire l’amour / Après une longue nuit d’amour. »

Les poèmes d’amour de Marichiko est une séduisante mystification littéraire imaginée par Kenneth Rexroth (1905-1982), essayiste, poète et traducteur américain, connu notamment pour son rôle majeur dans la « Renaissance de San Francisco », mouvement du milieu du siècle qui accueillit Jack Kerouac et Allen Ginsberg sur la côte ouest.

« Tu me réveilles, / Ouvres mes cuisses et m’embrasses. / A toi la rosée / Du premier matin du monde. »

Présenté comme la traduction en anglais de textes écrits par une amie Japonaise, ce recueil de soixante courts poèmes – présenté ici dans une édition bilingue très soignée – dit en mots précis et crus la volupté d’une rencontre amoureuse aussi physique que spirituelle.

« Chaque matin, je / Me réveille seule, rêvant que mon / Bras est ta chair douce / Qui presse mes lèvres. »

Ponctués de dessins de Katsushika Hokusai, nourris de références implicites aux maîtres du haïku (poème quarante-neuf), ces fragments d’amour sont construits comme de petits tableaux à la fois piquants et mélancoliques.

« Interminable la nuit pour qui ne dort pas. / Interminable la route pour qui est las de marcher. / Interminable la vie pour une femme / Que la passion a rendu folle. / Pourquoi ai-je croisé un guide retors / Sur les sentiers tortueux de l’amour ? »

Que reste-t-il quand le bel amant s’en va ?

Des cheveux gris.

Une chair abandonnée.

Une maigreur accrue.

Un grand froid de solitude.

Un Bouddha brisé.

Précision du traducteur-auteur : « Les poèmes de Marichiko sont profondément influencés par les soutras Theravada, par le Shingon Tachikawa, par les chants traditionnels, par Yosano Akiko et les femmes poètes de la période Heian – Ono no Komachi, Murasaki Shikibu et Izumi Shikibu. »

couv-port-rexroth

Kenneth Rexroth, Les poèmes d’amour de Marichiko, traduit de l’anglais par Joël Cornuault, dessins de Katsushika Hokusai, Erès, 2016.

Découvrir les éditions Erès

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s