Les poupées vivantes, de Pupa Neumann

HyperFocal: 0

Pupa Neumann, son nom le dit, aime jouer à la poupée.

Les femmes qu’elle se plaît à photographier sont de purs fantasmes, des automates de chair et de porcelaine, dont on perçoit la puissance de cruauté dans le regard et les ongles finement vernissés.

13385827_1787458074818153_1831745349_n

Voilés, dévoilés, les trois modèles féminins terriblement séduisants de l’ouvrage au titre ironiquement proustien La Madeleine de Gide offrent le triple visage d’une même femme, inspirée de l’épouse d’un grand écrivain homosexuel français, qui l’appelait secrètement Mnémosyne.

Le mariage ne fut jamais consommé, Madeleine était un songe, un paravent, un arrangement, une chère amie.

15571221_10154770324803164_1741541282_n

Apparaissent dans des compositions très picturales – l’utilisation de la couleur n’est pas sans rappeler Vertigo d‘Alfred Hitchcock ou Mulholland Drive de David Lynch – de jeune femmes d’autant plus fatales qu’elles n’oublient pas d’être drôles.

L’une s’emmêle les bras lorsqu’elle essaie d’ôter sa chemise par la tête, l’autre a les couettes qui s’envolent, quand la troisième ferme les yeux devant un petit lapin en plastique jaune.

13413241_287550881590649_1553185114_n

Infantes à la Vélasquez, ou vermeeriennes malgré elles, mais en beaucoup plus pop, les personnages qu’invente Pupa Neumann (le premier flash est toujours la rencontre d’une inconnue, dans la rue, dans un café) ont la féminité irrésistible des petites filles criminelles, innocentes dans un monde coupable.

Pénétrées de toutes parts, pénétrantes, ces femmes de convoitise sont pourtant des vierges idéales, parce que leur âme semble inatteignable au regard qui les fend.

HyperFocal: 0

Elle : « J’aime les femmes. Ce n’est pas un secret, j’aime les regarder. »

Elle : « Lorsque je suis photographe, je ne suis pas une femme, mais une voyeuse »

Elle : « J’aime les nuques, les fossettes, les taches de rousseur. J’ai un faible pour les cheveux blonds et fins, les corps longs et minces, la peau diaphane. Mais j’aime aussi les brunes, les rousses, les petites… Je regarde les femmes comme je regarde un tableau. La femme est un miracle. »

13743409_539046602948417_1599662708_n

Belles pour rien, comme ces gargouilles inconnues de Notre-Dame de Paris sculptées pour le plaisir de Dieu, ou de Sainte Lilith, les divinités perverses de Pupa Neumann sont des mantes religieuses capables de nous entraîner dans le noir de l’image (fin du volume) pour nous y faire disparaître, corps et biens.

Prenez garde, messieurs, il n’y a pas d’égalité.

15337277_236382900105815_7410423717957730304_n

Pupa Neumann, La Madeleine de Gide, 2016

Découvrir le site de Pupa Neumann

screen-shot-2016-12-15-at-10-41-37-1024x733

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s