Un genre de burlesque pornographique, par le photographe Ren Hang

206a_ren_hang_fo_05318_1610131249_id_1083849
copyright Ren Hang

Le photographe chinois Ren Hang est l’inventeur d’un genre de burlesque pornographique contemporain de très mauvais goût et pourtant absolument réjouissant.

Ne reculant devant aucune audace formelle ou sexuelle, Ren Hang met en scène des modèles faisant de leur corps la matière première d’un jeu où les orifices et parties érectiles sont montrés dans toute leur crudité, mais aussi leur puissance comique.

On pense à la servante Baubo retroussant son péplos et exhibant sa vulve pour faire rire Déméter inconsolable d’avoir perdu sa fille, Perséphone.

041a_ren_hang_fo_05318_1610131253_id_1083903
copyright Ren Hang

Photographiés frontalement, dans un style souvent paradoxalement clinique (fonds généralement unis), les jeunes hommes et femmes qui exhibent ici leurs organes semblent pris au piège d’une sorte de white cube photographique autorisant tous les fantasmes.

Ces modèles ne prennent pas la pose, mais font de véritables performances, acteurs d’une féérie de mixions et d’excitations aussi savoureuses que loufoques.

282a_ren_hang_fo_05318_1610131247_id_1083822
copyright Ren Hang

Si les gestes sont obscènes (phallus étiré comme un chewing-gum ; en érection portant un trousseau de clés ; anus à partir duquel se déroule un fil téléphonique), ils semblent surtout participer d’une sorte d’innocence fondamentale du corps disponible entièrement, comme un objet d’expérimentation, pour qui l’habite pleinement.

Révélé notamment en Europe par son ami Pierre Bessard avec le livre  The brightest light runs too fast (Editions Bessard, 2014), devenu rapidement culte (une couverture thermique a permis de déjouer la censure), les éditions allemandes Taschen offrent aujourd’hui à Ren Hang un rayonnement mondial en lui consacrant une superbe monographie sous couverture rouge cartonnée, découpée d’une étoile laissant apparaître un jeune homme se léchant délicieusement, sous un ciel à la Pierre et Gilles, voyez-y tout un programme, l’aisselle.

267a_ren_hang_fo_05318_1610131249_id_1083840
copyright Ren Hang

Les enfants de Mao sont devenus de sacrés galopins, corps minces et souples, sexes brandis en étendards, n’ayant peur de rien quand le pouvoir politique en place se rassure de croire contrôler par la coercition des corps les pensées.

Fini le temps des pudibonderies, place aux fantaisies érotiques les plus déchaînées, afin de prendre de vitesse le serpent mélancolie, qui toujours guette.

152a_ren_hang_fo_05318_1610131251_id_1083867
copyright Ren Hang

Vous reprenez à peine votre respiration, que ce diable d’homme (timide) de 29 ans vous a surpris de nouveau, une femme mettant du rouge à lèvre sur son sexe glabre, avant d’allumer une cigarette la pénétrant doucement. D’autres forment une pyramide de culs improbables, quand un homme pisse dans la bouche d’un dragon en plastique, ou mange des pâtes à même le pubis de sa partenaire.

Les sexes masculins sont généralement gros, dressés, parce qu’ils sont plus beaux ainsi que flasques et minuscules, et qu’il serait temps de comprendre aussi que les Chinois sont des amants formidables.

281a_ren_hang_fo_05318_1610131248_id_1083831
copyright Ren Hang

Grâce à Baubo, Perséphone échappa à la dépression.

Nul doute que Ren Hang ait également besoin de la danse burlesque des chattes et des bites pour traverser lui aussi en très bonne compagnie la mort.

ren_hang_fo_int_as001_05318_1612221145_id_1051372

Ren Hang, Ren Hang, choix éditorial et texte de Dian Hanson, Taschen, 2016, 316p

Découvrir le site des éditions Taschen

ren_hang_fo_int_open_0058_0059_05318_1612151034_id_1083343
copyright Ren Hang

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s