Prends garde, ô vagabond, par Jim Harrison

Acheter L’Eclipse de lune de Davenport sur le site leslibraires.fr1459978177904

On peut difficilement tricher avec la poésie.

Se perçoit immédiatement s’il s’agit de l’œuvre d’une vie, ou non.

Morceaux de vide, écorces flottantes, peaux de jaguars tachetés, les poèmes de Jim Harrison sont des petites évidences interrogatives.

Pratiquant assidûment le zen, après avoir été « étouffé par la théologie protestante » (préface), l’auteur de Dalma et de Légendes d’automne, mondialement reconnu comme l’un des auteurs majeurs du mouvement littéraire du nature writing, considère la capacité poétique, sans mièvrerie ou afféterie, comme l’une des premières capacités humaines, plaçant son œuvre sous l’autorité d’une phrase de Rainer Maria Rilke (Les Sonnets à Orphée) : « Car par l’éloge seul mon cœur redevient mien, avec tant de violence que le monde m’est connu. »

La nature dans sa présence souveraine est saisie dans des tableaux simples et profonds comme des koâns (la série Après Ikkyu).

« Là-haut au Ranch de la Déveine / se trouve un buisson ardent regorgeant de baies rouges / juste devant la fenêtre de mon bureau. / En décembre, après sept sévères gelées / reviennent les oiseaux picorer les baies sûres. / Ils se saoulent, imprudents, dans ce saloon à eux / et les chats quittent les granges pour leur faire leur fête. / Un phainopepla s’est posé sur ma tête, et s’est mis à crier / sur mon sourcil froncé, haleine d’oiseau bourré. »

Et le poète de se regarder avec ironie, cherchant à briser le miroir qui le contient.

« De coups de verres / il tua le soi / jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne / pour faire bouillir la marmite. »

harrison_clin_doeil

Défilent des histoires de l’Ouest, de chasseurs rencontrant des loups ou des pumas, de virées dans des clubs à strip-tease (Dieu, que ces fesses sont belles), ou de déambulations de moines taoïstes parcourant le vaste monde, tandis que les cheveux tombent, que le corps continue à s’écouler (les fonctions organiques sont très présentes, pisser, chier), que le temps se rétrécit, et que la maladie guette.

Oublieux de la chute, imperméables à la joie comme à la détresse poétiques, les hommes politiques ou d’affaires continuent à discourir. Ils nous font rire, car ce sont des lampes grillées (« a burn out lamp »).

Elégies striées d’humour, les poèmes de Jim Harrison sont des prières se levant dans un monde sec : « Notre petite chienne est très malade. / Elle est son propre enfant aussi, / première de sa lignée. / ô Dieu qui êtes si grand, / sauvez-la, je vous prie, le même cri / dans chaque gorge. Puissé-je vivre toujours. »

Parce qu’une chienne couchée sur la couverture d’un lit combat sans le savoir toute la laideur du monde.

« C’est au sixième siècle que les chrétiens / voulurent que les bêtes ne soient pas acceptées au royaume des cieux. / Sabots, ailes et pattes ne savent pas mettre d’argent sur le plateau de la quête. / Leurs cervelles pleines de merde, ces cinglés ont exclu nos animaux aimés. / Théologiens, comptables, la même chose vraiment, clique unique / des évangélistes de la télé, autant de virus planqués. »

Ecrire, pour saluer quelque dieu vivant au fond de nous.

Voir, comprendre, s’abandonner, et saluer d’un sourire la fille blonde au volant du pick-up garé par miracle près de nous.

i23541

Jim Harrison, L’éclipse de la lune de Davenport, traduit de l’américain par Jean-Luc Piningre, édition bilingue, La Table Ronde, 2017

000539904

Site des éditions La Table Ronde

71edi5iulsl

01_logo_leslibraires_bleu_tsprt

Acheter L’Eclipse de lune de Davenport sur le site leslibraires.fr

Acheter Le vieux saltimbanque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s