Mots Slow, magazine pour happy few

le

P1180774

Comme il y a des livres d’artistes, Mots Slow est un magazine d’artistes, dont l’architecture générale est conçue par Jérôme Karsenti.

Publiée une fois par an par Hand Art Publisher, Mots Slow réunit, en 365 exemplaires seulement, des contributions d’artistes, et de chercheurs de toutes obédiences.

Ayant comme thème « Missterious » – le magazine est en français et anglais – le quatrième numéro de cet objet sculptural est une nouvelle fois très beau et très intrigant, comprenant, outre un livret de vingt-quatre pages, six posters A2 pliés et « insérés dans une couverture fonctionnant comme une branchie. »

P1180771a

On déplie la première image, de Louis Jammes : apparaît en noir et blanc une femme voilée, de dos, faisant face à des soldats armés surmontés de fils de fer barbelés, postés à la frontière entre la Serbie et la Hongrie, posant aux spectateurs la question de l’accueil dans un espace Schengen particulièrement inhospitalier.

Ce sont ensuite d’autres œuvres posant la question des limites, des seuils et de l’étrangeté, une forme abstraite de Michael Günzburger (Untitled – Lanolin, pigment, and ink on chromolux), un animalcule effrayant et drôle de Igor Siwanowicz (à la façon d’un faux test de Rorschach), une peinture gestuelle (serpentine) de Jérôme Karsenti, une cité dystopique de Yang Yongliang, une furie twomblienne d’Anne-Lise Jeanneret.

P1180724

Tout à sa quête des métamorphoses de la nymphe, l’historien de l’art Georges Didi-Huberman tente de cerner ce qu’il en est de cette « Mademoiselle Occasion », puissance existentielle ayant déjà fasciné Aby Warburg, donnant ainsi aux textes et images rassemblés/montés par Mots Slow la chance d’ouvrir à l’inédit des images dialectiques chères à Walter Benjamin, qui sont des suspensions du temps et du jugement.

Nous voyons des images et des textes qui nous lisent et nous regardent à leur tour, inventant, dans la richesse de leur organisation formelle, une danse des sept voiles.

P1180710

Mots Slow déploie ainsi son territoire sémantique et esthétique selon un processus de transformation dont on n’imagine pas qu’il puisse avoir un terme.

Mais, au fait, qu’est-ce qu’un « Missterious » ?

« En typographie, une lettre rajoutée par inattention dans un mot, qui renforce fortuitement le sens, est un Missterious. »

P1180760aaa

Magazine Mots Slow, contributions de Pérez-Morga David, Karine Duvignau, Saskia Edens, Michael Günzburger, Georges Didi-Huberman, Louis Jammes, Anne-Lise Jeanneret, Pascale Jeanneret, Jérôme Karsenti, Didier Kahn, Ghada Khunji, Noga Melzer, Igor Siwanowicz, Véronique Yersin, Yang Yongliang, collaboration Dominique Brancher, graphisme Indré Klimaire, traduction Wendy Giardina, numéro 4, 2017

Site de Hand Art Publisher

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s