A mon seul désir, par le photographe Christopher de Béthune

le

00040

Knights in white satin, de Christopher de Béthune, est un livre de nuits et d’aubes, de solitude, d’amour et de dérives urbaines.

Ecrit en lettres gothiques, le titre de ce beau livre d’expériences en noir et blanc trashé laisse augurer tout un monde de ruines et de d’éblouissements, de nudités rugueuses et de superbes combats.

0006

La vision est d’un romantisme noir et parfois punk.

Les séries du photographe belge sont certes des manières de documenter la vie des invisibles, peuples et objets des marges révélés par le flash, mais elles sont bien plus encore, une vision singulière, sans aucun misérabilisme, d’une sorte de précarité ontologique propre aux vivants qui parlent ou perdent le langage à l’instant de leur chute.

Un cheval blanc se cabre en couverture, c’est une licorne, un fantasme médiéval, un signe héraldique.

00020

 

 

Il y a dans les photographies de Christopher de Béthune une tension constante, entre volupté et cruauté, une manière de sculpter la réalité pour en entrevoir les gargouilles inaperçues, et formes fantastiques.

Allusion probable au tube des Moddy Blues, Nights in White Satin (1967), l’œuvre de Christopher de Béthune découvre cinquante plus tard, au moyen d’images floutées, chorégraphiées, survivantes, un monde bien plus déchiré et blessé que concilié et plein d’allant.

0009

Les corps sont incomplets ou malmenés, rapiécés ou tatoués, pliés en deux, cassés, ou cachés dans la rue sous une laine épaisse.

Le principe général est dynamique, de fraternité et d’abandon. Je suis passé, je vous ai vus, je ne vous laisse pas tomber, je pars.

Christopher de Béthune trace au graphite des lignes de vies effritées, des lignes de villes abîmées, et des soleils noirs de mélancolie.

La nuit tremble, un chat blanc apparaît, une vitre se brise, une statue acéphale a crié.

scan pass070

Et l’on fait l’amour sur la pelouse, sous le buffet froid des grands ensembles d’habitations aux mille yeux fondant sur nous, comme des rapaces aveuglés par la beauté des chairs que le désir violente.

Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron ;

Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée

Les soupirs de la sainte et les cris de la fée.

scan pass182

Christopher de Béthune, Knights in white satin, Dienacht Publishing, 2017 – 200 exemplaires

scan pass216

Site de Christopher de Béthune

scan pass093

scan pass150

Dienacht publishing

00019

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s