Les Philippines, entre cruauté et luxure, par le photographe Brian Sergio

2

Des profusions de cheveux fins et noirs qui sont des pièges arachnéens.

Des seins impudiques de danseuse orientale, lourds, aréoles très larges, réclamant une fraîcheur de salive.

Une nuit de bitume, des lèvres entrouvertes, des dents blanches, des yeux mi-clos.

Flash jeté sur la peau brune d’une divine, saoule, suprême souveraine.

Brian Sergio choisit ainsi, pour la couverture de Pak !, livre paru très récemment aux éditions Dienacht Publishing (deux cents exemplaires, dépêchez-vous), une stratégie d’envoûtement.

31

Vous cherchez immédiatement à découvrir d’autres images, mais il faut attendre un peu, et comprendre que la couverture est l’un des pans d’un boitier cartonné duquel il convient de faire glisser l’objet de vos désirs.

Huit cahiers abouchés, des traces de colle séchée, comme la bave d’un escargot glissant en bordure d’une Annonciation de Francesco del Cossa (XVème siècle italien), ou un effet du désir.

« PAK ! Pak ! is an onomatopoeia which imitates the sound of impact. »

17

Fasciné par la marginalité, les grands vivants, les monstres d’humanité – généralement tatoués -, Brian Sergio photographie sans inhibition, parfois salement, superbement, des corps abîmés, blessés, jouissant dans la souffrance et le dépassement des limites.

Fils imaginaire d’Antoine d’Agata (les corps asiatiques, le grain de l’image, l’exhibition) et d’Araki (les petits monstres vicieux, les ligotages, la soumission acceptée), Brian Sergio aime le bondage et les corps roulés dans la terre, constellés de grains de beauté.

IMGP9538

Les êtres qu’il caresse de son œil photographique, dans un noir et blanc travaillé au charbon de l’expressionnisme, sont des puissances chtoniennes, des fantasmes concrets, des sorciers.

Détails d’une vulve en gros plan, qui est une  plante vénéneuse, une planète étrange, d’un pied que magnifie une chaînette (dernière image), de seins que gonfle outrageusement la corde épaisse qui les enserre.

IMGP9546

La pornographie à ce niveau de travail est un art majeur, élaboré avec la complicité des modèles, une audace contagieuse.

Drôle de faune quand même que ces habitués des ivresses nocturnes, des bordels miteux, et des baisers interminables entre morts-vivants.

Il y a sur la peau des signes cabalistiques.

11

Il y a des sexes glabres, menus ou tentaculaires, des tétons boutons dont on devine qu’ils ont été longuement sucés, des piercings aux lèvres, de drôles de matières étalées un peu partout sur le corps, des bras poilus, des regards sauvages, des langues sanguinolentes, et le regard fou de chiens perdus, qui sont de vieux sages aux cous plissés.

Parmi les figures grotesques et les kamis de carnaval, le visage d’un ange, d’une innocente.

IMGP9542

Les petites prostituées sont enceintes, leur sexe ouvert est une arche découvrant le royaume de Perséphone.

Telle retire une culotte blanche H&m qui servira de bâillon.

Telle trouve entre les jambes de sa sœur d’entêtants parfums.

Telle prie un dieu inconnu lui-même raide dingue de ses fesses.

10

Tout n’est pas neuf en ces visions de cruauté brute et raffinée, amusantes ou tendres aussi, mais tout est nouveau pour qui s’enivre sans frein du franchissement des frontières.

Aucune philippique contre la décadence de l’ordre moral catholique, mais les Philippines telles que vous ne les verrez jamais plus.

Vous vous scandalisez ?

Tout est possible, puisque nous sommes sauvés.

IMGP9533

Brian Sergio, PAK !, Dienacht Publishing, 2017 – 200 exemplaires 

« dienacht » – Magazine for Photography, Design and Subculture 
c/o Calin Kruse 
Engertstr. 6 · 04177 Leipzig · Germany
IMGP9544

Décourvir le catalogue de Dienacht Publishing

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s