Histoire d’Esther, par Anton Delsol, photographe

DSC_6972
Mais toi, de ton Esther ignorais-tu la gloire ?

Il m’importe que L’Intervalle soit un espace de désir, pour moi, pour les lecteurs, et que l’érotisme – sens large allant du détail du blason à la crudité pornographique, quelquefois – y trouve naturellement sa place, par les mots et les images.

A Bordeaux, où la majesté des édifices peut abriter d’enviables rencontres, une jeune comédienne s’est livrée récemment au jeu du dévoilement pour l’objectif du photographe Anton Delsol.

En trois séances, conçues comme autant d’actes, Esther a pris confiance, s’est peu à peu abandonnée.

La suite est un mystère, que L’Intervalle vous offrira peut-être dans quelques jours, quelques semaines, quelques mois.

DSC_6669
Je vins. Mais je cachai ma race et mon pays.
DSC_7351-Modifier
De mes faibles attraits le Roi parut frappé. / Il m’observa longtemps dans un sombre silence ; / Et le ciel, qui pour moi fit pencher la balance, / Dans ce temps-là, sans doute agissait sur mon cœur.
DSC_7051
« Soyez reine », dit-il ; et dès ce moment même / De sa main sur mon front posa son diadème.
DSC_7520
Le Roi, jusqu’à ce jour, ignore qui je suis.

 

05
Cependant mon amour pour notre nation / A rempli ce palais de filles de Sion, / Jeunes et tendres fleurs, par le sort agitées, / Sous un ciel étranger comme moi transplantées.
DSC_6955
O mon souverain Roi ! / Me voici donc tremblante et seule devant toi.

 

DSC_7435
Quelle voix salutaire ordonne que je vive, / Et rappelle en mon sein mon âme fugitive ?

 

DSC_7055
Jugez combien ce front irrité contre moi / Dans mon âme troublée a dû jeter d’effroi. / Sur ce trône sacré, qu’environne la foudre, / J’ai cru vous voir tout prêt à me réduire en poudre.

 

DSC_6163
Hé ! se peut-il qu’un roi craint de la terre entière, / Devant qui tout fléchit et baise la poussière, / Jette sur son esclave un regard si serein, / Et m’offre sur son cœur un pouvoir souverain ?

 

DSC_7246
Un mot de votre bouche, en terminant mes peines, / Peut rendre Esther heureuse entre toutes les reines.

 

DSC_6271
L’Eternel est son nom. Le monde est son ouvrage ; / Il entend les soupirs de l’humble qu’on outrage, / Juge tous les mortels avec d’égales lois, / Et du haut de son trône interroge les rois.
DSC_6902
O Dieu, par quelle route inconnue aux mortels / Ta sagesse conduit ses desseins éternels !

 

Site d’Anton Delsol

Retrouver Anton Delsol dans L’Intervalle – article du 12 mars 2017

(Esther de Jean Racine est au programme de l’agrégation de lettres modernes session 2018, bonne chance aux courageux candidats)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s