Vole au néant sa part de vie, par Tristan Felix, poémancienne

le

freaks-la-monstrueuse-parade-les-vrais-monstres

Tristan Felix est une drôle de paroissienne, poétesse mais aussi photographe, dessinatrice, marionnettiste, performeuse, conteuse, habitante de mondes étranges, activiste en langues belles et sauvages – elle a dirigé jusqu’en 2016 avec Philippe Blondeau La Passe, revue des langues poétiques.

Observatoire des extrémités du vivant, son seizième livre publié, est un triptyque célébrant, à travers le génie des grands irréguliers/vivants Tod Browning, Tadeusz Kantor, Pipo Delbono, Goya, celui des fœtus, monstres, morts et chats pendus peuplant son univers.

La première séquence de ce livre aux tonalités fantastiques intitulée « Fétus » (textes datant de 2004) se déroule au musée de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort et au musée d’anatomie pathologique Dupuytren à Paris, où sont conservés dans du formol, tels « les repentirs utérins de nos peintures vivantes », des fœtus d’enfants et d’animaux avortés.

-jsqghld3qtv3lbkyrpituvsprw
Freaks (1932) Directed by Tod Browning Shown clockwise, from lower left: Angelo Rossitto, Elizabeth Green, Rose Dione, Elvira Snow, Jenny Lee Snow

Les images prises par l’auteur font face au texte, montrant une « vie extrême », aquatique, gnomique, tératologique.

Ça flotte, ça se sent à l’étroit, ça joue à effrayer le carabin.

Tristan Félix : « Si vous voulez on vous présente / il y a un petit, là-bas / qui a toujours la langue dans sa poche »

Des choses ? Non, des rois burlesques.

De sinistres animalcules ? Non, des stars de comédie.

freaks-la-monstrueuse-parade-film-1932-Tod-Browning-critique-cinema

Des aveugles ? Non, des voyants.

Des simplets ? Non, des vieillards de souche.

Des mioches moches ? Oui, des mioches moches, et de premier choix.

« Faut pas claquer des dents comme ça / Oh, vous suez, pire qu’un veau gluant ! / Cette flaque au sol qui dessine / une algue à gueule de veuve noire / c’est juste un peu d’eau de vie »

Le deuxième volet de cet ensemble digne d’un cabinet de curiosité s’intitule « Levée des morts » (2008). La préciosité tranchante de la prose poétique « grouille ici de mort qui grouille de vie. »

Apparaissent en des scènes construites comme des tableaux grotesques, cruels, tendres, hilarants, des êtres hybrides, « chimères et bâtards ».

Page de droite, une phrase, un vers, comme un coup de langue, une vérité interrogative : « les seins de la morte battent de l’aile », « le loup ne fait pas dans la dentelle », « Cerbère, sac à putes », « les jeux à l’élastique sont interdits »

Dédié à Baudelaire, Perceval et Poussinette, le dernier pan de l’Observatoire de Tristan Felix (« Félidées noires ») est une chattomancie composée de quarante-trois quatrains d’octosyllabes avec acrostiches.

Noir d’Erèbe, un chat photographié comme de l’intérieur d’un rêve y joue à réinventer les cartes du tarot en ses diverses postures, ses affûts, ses bonds – pas de chabada du chacha sans dada.

freaks-la-monstrueuse-parade-tod-browning-critique-film-culte

« Si la  queue du O te tient vif / Et ta gorge affolée de rage / X, multiple de zéro, tombe / Es-tu prêt pour un saut de lion ? »

Comprendre que, plumeuse d’âme, la poétesse ombellifère est aussi nochère.

004706895

Tristan Felix, Observatoire des extrémités du vivant (triptyque), préface de Hubert Haddad, éditions Tinbad, 2017, 170 pages

Site des éditions Tinbad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s