Tristan Felix et Madge Gill, beaux anges du bizarre

Madge_Gill_Spiritual_Therapy_Art_1
©Madge Gill

Adepte des formes hybrides et des inventions verbales, le poète Tristan Félix livre avec Aphonismes un recueil images/textes de grande singularité.

Impossible pour cet écrivain des mondes étranges et des signes tératologiques de se contenter de l’ordre habituel des apparences.

Chaque nouveau livre semble le prolongement d’un même rêve au pays du bizarre et du démembrement.

1 Biribi, Tristan Felix
©Tristan Felix

Apparaissent sur la page des créatures crayonnées précisément, des organismes étranges prenant la parole : « La preuve que je n’existe pas c’est que moi non plus / car flotte dans le regard de l’autre / ce halo qui me fait songe »

Une drôlerie bouffonne émane de ses animalcules aveugles et voyants.

Comment dire ce qui ne se dit pas, si ce n’est par l’invention de néologismes savants et malicieux, ainsi le concept d’ « aphonisme », qui serait une impossibilité de dire ce que l’on dit pourtant, du fond des âges, du fond des grottes, du fond des dictionnaires, du fond du trait et des empilements de mondes invisibles.

7 La Nasse (Tryptique des Abysses) Tristan Felix
©Tristan Felix

Ça ricane, ça se presse, ça ne tient pas en place.

« Alerte aux fantômes, ils pullulent / comme des gommes. // Il convient de s’effacer, de s’incliner devant eux / avec une balayette »

Henri Michaux est là, mais aussi André Breton ou quelque logicien du tonnerre : « Le baiser est la forme archaïque du poème / la morsure est la forme archaïque du baiser »

On tourne les pages comme un flip book, on fait danser le petit peuple, on mélange les mots. La folie rôde, ou le suicide.

« La loi du chiffre a incendié les friches  / / à tâtons dans la cendre / déchiffrer la fable hors-la-loi »

5 Poisson-Navire (Tryptique des Abysses),Tristan Felix
©Tristan Felix

Poème est stratégie de désencerclement, passe magique : « son punk est pink »

Mise en garde d’un dernier clown : « T’es pas crevé si tu rêves / alors crève pas »

Maintenant, rendez-vous chez les mages, chez Madge Gill (1882-1961), l’inspirée.

Bien au chaud dans les collections du musée de l’Art Brut, et dans un livre que lui consacre aux éditions Ides et Calendes Marie-Hélène Jeanneret, la petite Londonienne a laissé à sa mort un corpus de dessins et d’œuvre graphiques considérable, chargé de dire pour elle, pour tous, la persistance d’une figure, d’un être, d’une grâce malgré les douleurs.

madge-gill-6
©Madge Gill

Le dessin est spontané, de nécessité, omniprésent à partir de ses 37 ans.

Point commun des auteurs marginaux qu’a recueilli Jean Dubuffet ? La règle des trois « S » (le concept est de Lucienne Peiry) : Silence, Solitude, Secret.

Damiers, pyramides, apparition de figures sont pour la spirite Madge Gill broderies d’existence, sauf-conduits, aspirations d’être.

Signés « Myrninerest » (Mon repos intérieur ?), on peut considérer ses dessins comme des apaisements, une façon de négocier avec la mort en soi.

« Avec Myrninerest, Madge Gill – la fillette sans père et rejetée par les siens, l’orpheline institutionnelle poussée à l’exil par sa propre famille – tente sans doute aussi de se construire un arbre généalogique, de s’inventer une ascendance, un « lignage imaginaire » qui alimenteront toute sa force créative. »

L’ensemble de l’œuvre est un immense autoportrait toujours recommencé, l’affirmation d’une identité à la fois enfantine et très grave.

gill-madge-visage-misterieux
©Madge Gill

Madge Gill est un visage presque sans corps, une flottaison de têtes dans le labyrinthe des jours.

Abstractions, figurations, ornementations, petits formats, grands voire très grands formats sont des manières d’expression du dedans, des tentatives de repos dans les rets de l’infini turbulent.

couv aphonismes.indd

Tristan Felix, Aphonismes, éditions (artisanales) Venus d’ailleurs, 2017 – 356 exemplaires

Site de Tristan Felix

005049675

Marie-Hélène Jeanneret, Madge Gill, éditions Ides et Calendes (Lausanne), 2017, 120 pages

Editions Ides et Calendes

main

Se procurer le volume sur Madge Gill

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s