De la suspension du temps, par Géraldine Lay, photographe

72_glay2

Impromptus (éditions Poursuite, 2017), de la photographe Géraldine Lay, est un ensemble d’images doucement discrépantes.

Le motif général est musical, entre la fantaisie et la fugue, et très cinématographique en ce que le hors-champ semble déterminant pour comprendre l’énigme des compositions visuelles.

Avec une très grande délicatesse, un goût pour la cocasserie, mais sans systématisme, Géraldine Lay montre la mascarade des jours, le théâtre des vies, la géométrie des solitudes.

72_glay1

Si la vie est un songe, elle est aussi un conte dans lequel apparaît un ventilateur aux pales bleues.

Travaillant en coloriste, la photographe fait de ses images des enluminures teintées de désuétude.

Dans ses mises en scènes – entre Eric Rohmer et David Lynch (spectre large) -, l’enfance est un territoire sans cesse recommencé, étrange, perdu, retrouvé.

72_glay5

Sur la couverture jaune cartonnée, l’image d’un enfant acéphale tenant à la main un biscuit à-demi croqué, commençant à peine à marcher, jambes potelées nues, pieds enfoncés dans une matière meuble (le sable de l’estran ?), est le symbole aristotélicien de la volonté.

Il y a ici, comme en chaque photographie, un instant figé, un fragile équilibre, un silence intérieur, une attente – on peut penser à l’esthétique suspensive d’un Beat Streuli.

On entre sous un porche, qui est une arche de cirque ou de fête foraine, on se prépare à toutes les allégresses, alors que se lève comme un sentiment de deuil, une absence de fond malgré l’humour de politesse.

72_glay3

Emanant d’un jeu serré de connivences formelles, et d’une sorte de désajointement temporel, l’onirisme des scènes transforme chaque personne en personnage tissé d’inconscient.

Les montants d’un lit défait, posés contre un mur de pierres noires, sont un espoir de résurrection, mais aussi la fin d’un monde.

Photogrammes d’un film inconnu, les images de Géraldine Lay transforment le spectacle agencé selon les lignes de son désir en pure interrogation de contemplation.

L’image peut n’être qu’illusion, voile, maya. Cependant, elle est, nécessaire dans le feuilleté des ordres de réalité, comme un passage.

72_glay4

Un liminaire, un limes ouvrant au secret des premiers regards de l’enfant s’émancipant, et à l’épaisseur de leur inconnaissable.

impromptuscover

Géraldine Lay, Impromptus, éditions Poursuite, 2017

Editions Poursuite

Site de Géraldine Lay

Galerie Le Réverbère (Lyon), qui représente Géraldine Lay

main

Se procurer Impromptus

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s