Le culte du moi, par Robert de Montesquiou, et Philippe Thiébaut, historien de l’art

« Les cynismes de la photographie retouchée sont maintenant au comble : on vous montre l’effigie d’une guêpe ; c’est le portrait d’une baleine. » Vous connaissez peut-être la réputation de dandy du comte Robert de Montesquiou (1855/1921), poète, écrivain, journaliste acide, prince du Paris mondain, auteur de mémoires publiés de façon posthume sous le titre Les Pas effacés,…

L’invention d’un lieu, par les photographes Jacques Domeau et Christophe Simonato

C’est un projet considérable, dont le terme est prévu, si les ouragans ne l’emportent pas, aux alentours de 2040. C’est un projet auquel seront associés des photographes, dont la mission sera de témoigner des évolutions et transformations d’un paysage spécifique, une façon de retrouver au niveau local/rural l’ambition de la grande commande publique de la…

Le conte fantastique des invisibles, par Laura Pannack et Mélanie Wenger, photographes

Depuis 1995, la filiale française de la banque britannique HSBC décerne un prix à deux photographes professionnels émergents en leur offrant une première monographie d’éditeur (éditions Actes Sud), et une exposition itinérante, soit une visibilité très précieuse, HSBC France acquérant en outre six œuvres par lauréat pour son fonds photographique propre. Après Christian Vium et…

Budapest, hiver 1975, par Bertien van Manen, photographe

I will be Wolf est une série photographique noir & blanc de Bertien van Manen (née en 1942) effectuée en Hongrie en 1975. Référence à un vers du poète révolté Jozsef Attila (mort en 1937 à l’âge de 32 ans écrasé par un train près de Budapest), les images de la photographe hollandaise ont un…

Valises d’exil et pluies de lumière, par Payram, photographe

Si la photographie est écriture de lumière, elle est aussi, loin de n’être qu’un phénomène optique, le visage de Dieu. Les polaroïds et images argentiques que compose l’artiste iranien Payram, exilé à Paris depuis 1983, sont, dans les simples et délicates mises en scène qu’il imagine, des tentations de révélation d’un ordre supérieur de réalité….

Photographier l’intime, par Arno Brignon, artiste de nécessité

J’ai découvert l’oeuvre d’Arno Brignon, membre de l’agence Signatures, à l’occasion de son travail photographique effectué dans le Couserans en Ariège, dont rend compte le livre Based on a true story (Photopaper, 2017), chroniqué ici même (Eloge du Couserans). J’ai souhaité lui demander de présenter quelques images de Joséphine, une très belle et très émouvante…

Italiana, sensations d’Italie, par Giulio Rimondi

La longue route de sable, voyage effectué en 1959 par Pier Paolo Pasolini le long des côtes italiennes, avait permis d’imaginer l’auteur de La Vie violente heureux. Il s’agissait alors, pour l’intellectuel journaliste, de chercher à rencontrer physiquement son pays, à l’éprouver géographiquement, afin de le reconnaître intimement, et de, peut-être, pouvoir parler en son…

Départs dans l’affection et le sang neufs, par Paul Hennebelle, photographe

Transeo, du photographe Paul Hennebelle, se présente comme le journal très personnel d’un déraciné. « Les déménagements successifs de mon enfance ont effacé toute attache que je pouvais avoir avec le territoire. Etre de partout, c’est aussi être de nulle part. Transeo, c’est transiter d’un lieu à un autre. » Imprimées à l’encre risographique, les images de…

La logique du monde flottant, par Fumi Ishino, photographe japonais

Avec sa couverture rose pâle, Rowing a Tetrapod, premier livre de Fumi Ishino, pourrait avoir des pudeurs de jeune fille, mais rien de tel avec ce jeune photographe japonais beaucoup plus proche des poètes contemporains affirmant leur voix que des demi-tons des timides. Œuvre au principe très musical, architecturée de silences, Rowing a Tetrapod est une…

De la suspension du temps, par Géraldine Lay, photographe

Impromptus (éditions Poursuite, 2017), de la photographe Géraldine Lay, est un ensemble d’images doucement discrépantes. Le motif général est musical, entre la fantaisie et la fugue, et très cinématographique en ce que le hors-champ semble déterminant pour comprendre l’énigme des compositions visuelles. Avec une très grande délicatesse, un goût pour la cocasserie, mais sans systématisme,…